Rentrée tribale chez Native

Artkhade

Bruxelles, 21 janvier 2019

/

Avis aux amateurs d’art tribal, d’art moderne et de design, la célèbre maison Native organise une exceptionnelle vente aux enchères le 26 janvier. Dans ses locaux bruxellois que les experts considèrent comme l’un des temples européens du marché de l’art africain et océanien, Native présentera ce jour-là, parmi les lots principaux, de nombreux trésors provenant de la collection personnelle de l’historien allemand Helmut Zake.

Ancien directeur des services aux étudiants étrangers et des relations internationales à l'université de Heidelberg, Helmut Zake a acquis ses premières œuvres africaines dans les années 1960. A la fois charismatique et amis de marchands célèbres, comme Walter Kaiser, il fonde alors l’Heidelberg Gesprächskreis von Sammlern und Ethnologen, une société de discussion plus communément appelée le Cercle Zake, qui réunissait des amoureux d’ethnographie et des collectionneurs d’art africain venus de toute l’Allemagne mais également de Suisse, d’Autriche et des Pays-Bas. « À travers ce cercle, raconte Nicolas Paszukiewicz, co-responsable de Native, Helmut Zake s’est attaché à définir les canons esthétiques qui plaisaient à ses semblables. C’était quelqu’un de résolument attaché à l’authenticité et à la qualité artistique des œuvres. »

/ Poupée Ashanti, Ghana, 28,5 cm, Provenance: Helmut Zake, Heidelberg, estim. : EUR 2,000 à 3,000

Deux impératifs sur lesquels l’historien allemand n’a jamais transigé, ce qui lui a permis d’acquérir au fil de sa vie de nombreux objets et sculptures d’une très grande rareté. Des masques et des statuettes, surtout, « datant essentiellement de la fin du XIXe siècle », précise Nicolas Paszukiewicz, et dont les provenances africaines se veulent multiples, puisque ladite vente nous conduira de la République démocratique du Congo au Mozambique, du Mali au Gabon. Helmut Zacke avait également un faible pour les objets sacrés du Nigéria, comme en témoignera la présence d’un cimier Idoma “tridimensionnel”, aux traits colorés et démonstratifs (de 8.000 à 10.000 €).

/ Cimier Idoma, Nigéria, 24 cm, Provenance: Helmut Zake, Heidelberg, estim. : EUR 8,000 à 10,000

La vacation se poursuivra avec des pièces acquises dans les années 1970 par René et Odette Delenne. Les héritiers de ce couple belge – dont de nombreuses acquisitions sont aujourd’hui exposées au musée congolais de Cleveland – mettront à la vente une dizaine de pièces, issues de l’art tribal africain et des peuples aborigènes, tel que ce superbe Hei-Tiki en néphrite (pendentif spirituel maori) créé au XVIIIe siècle (de 6.000 à 8.000 €).

Enfin et toujours en matière d’art tribal, d’autres lots vaudront le déplacement. On notera, par exemple, la présence d’une extraordinaire figurine Fang Eyema Bieri, estimée à 40 000 €, d’une figure Gwandara identifiée par Pierre Amrouche (22.000 à 30.000 €), d’un tabouret congolais Tshokwe (8.000 €) et de boîtes Mangbetu (20.000 €), faites d’écorces et de bois, sans oublier une exceptionnelle massue de guerre façonnée en bois de toa sur les îles Marquises entre les XVIIIe et XIXe siècles. Autre lot remarquable, un masque Mano en provenance de Côte d'Ivoire sera proposé à partir de 12.000 €.

/ Masque Mano, Côte d'Ivoire, 21 cm, Provenance: L. et P. Guerre, Marseille, estim. : EUR 12,000 à 15,000

Jouant avec succès la carte de la diversité depuis maintenant deux ans, la maison Native proposera également lors de cette vente quelques tableaux d’art moderne (Pierre Dmitrienko, Marthe Very, Walter Leblanc, etc.), de vieilles photographies, des bijoux et du mobilier. Ainsi réunis, les amateurs pourront trouver quelques belles pièces signées Marcel-Louis Baugniet, Fernand Petit, Willy Van der Meeren ou encore Gustave Serrurier-Bovy. Notons qu’ils auront également l’opportunité d’acquérir une chaise rare et longue du designer italien Gio Ponti (Distex, 1953), à l’allure géométrique et vendue avec son repose-pieds (de 15.000 à 20.000 €).

Forte de 137 objets au total, cette vente aux enchères aura lieu le 26 janvier, de 11h à 16h, à la galerie de Ruysbroeck (Native), à Bruxelles.

Tags: Art Africain, Art Océanien, Marché de l'Art